X
Loading...
En évidence

Histoire

La bibliothèque de la Badia di Cava a dû être construite dès le début du monastère (XIe siècle) en raison de la nécessité de fournir des livres aux moines, comme l'exige la Règle de saint Benoît. En plus de la Bibliothèque comme lieu de conservation, il y avait aussi à Cava un Scriptorium, dans lequel étaient écrits les livres nécessaires à la formation des moines de Cava et des nombreux monastères dépendants : la preuve en sont les codes n. 9 (XIIe siècle) Expositio in I Librum Regum jusqu'à il y a quelques années considéré comme de saint Grégoire le Grand et maintenant attribué au moine Pietro di Cava, n. 18 (XIIIe siècle) De septem sigilis, n. 19 (XIIIe siècle) Kalendarium, Evangelia, Apocalypsis, Épître I Ioannis, Regula S. Benedicti.
L'augmentation de la bibliothèque au siècle XIV ressort des informations concernant une Bible et le Speculum historiale de Vincent de Beauvais, ainsi que des achats de matériel d'écriture et de reliure, qui ne nous sont malheureusement pas parvenus. L'hypothèse avancée par Leone Mattei Cerasoli reste valable que la dispersion des livres collectés dans les premiers siècles s'est produite à l'époque du commendam (1431-1497) ou pour l'amour des livres de quelque cardinal commendataire ou pour la situation précaire qui conduit à croire que tant de livres étaient nécessaires pour le nombre modeste de moines survivants.
Au contraire, les moines de S. Giustina (sur de nombreux incunables l'achat fait à Venise pour Cava est noté), l'abbé D. Vittorino Manso (d'abord pensé à séparer les livres imprimés des manuscrits et, pour sauvegarder l'intégrité de la bibliothèque, en 1595, il obtient du pape Clément VIII une bulle interdisant le retrait des livres de la bibliothèque sous peine d'excommunication), l'abbé D. Filippo De Pace (son nom se trouve dans des milliers de volumes). De graves dommages ont été causés à la bibliothèque la veille de Noël 1796, lorsqu'une masse de terre et de pierres s'est échappée du corps de cava sus-jacent, qui a "totalement ruiné" la bibliothèque, comme l'indique un reportage : beaucoup ont certainement été perdus dans la catastrophe. livres et aussi quelques manuscrits.
Au XIXe siècle sur la bibliothèque des moines bénédictins ce ne sont pas les éléments naturels qui se déchaînent, mais les tempêtes des gouvernements : les suppressions d'ordres religieux frappent l'abbaye en 1807 par le roi de Naples Giuseppe Bonaparte et en 1866 par le roi de Savoie Vittorio Emanuele II . Dans les deux cas, l'abbé est laissé responsable, en 1807 comme directeur de l'établissement et en 1867 (en vertu d'une nouvelle loi) comme conservateur du Monument National, tandis que quelques moines y restent comme gardiens.
Cette physionomie juridique est restée inchangée jusqu'à aujourd'hui. Les moines, de leur côté, n'ont cessé de s'employer à gérer avec le même soin qu'on les avait adoptés dans la conservation et l'accroissement du patrimoine du livre avant que l'État italien ne se l'approprie.
Comme par le passé, l'augmentation a privilégié et privilégie les disciplines les plus adaptées à une bibliothèque monastique : patristique, théologie, droit et histoire. Les dons de la bibliothèque ont été acceptés en tenant compte de la nature des fonds et de la disponibilité des locaux. Les collections les plus remarquables sont les suivantes : Giovanni Abignente (1956), Giovanni Bassanelli (1982), Amalia Santoli (1992).
La bibliothèque compte 65 codex sur parchemin, environ 100 manuscrits sur papier, 120 incunables, plus de 5000 éditions de la secc. XVI-XVIII. Au total, les ouvrages imprimés sont d'environ 80 000.
Parmi les codex les plus célèbres, citons : la Bible wisigothique du siècle. IX, le Codex legum Langobardorum du siècle. XI, les Etymologies d'Isidoro du siècle. VIII, le De Temporibus de Beda du siècle. XI, le De septem Sigillis de Benedetto da Bari du siècle. XII.